Grands Lacs: Semaine du 9 au 15 janvier 2016

RESUME : Au Burundi, où jets de grenade et tirs de la police ont ensanglanté les quartiers contestataires le week-end dernier, où, selon un avocat belge, des vidéos très violentes (qui n’ont peut-être pas été tournées au Burundi) auraient été diffusées auprès des jeunesses du parti au pouvoir « pour les endurcir » et où des charniers auraient été découverts selon l’ONU qui dénonce aussi des viols collectifs, l’ambassadrice honoraire de l’UNESCO de passage à Bujumbura jette un cri d’alarme : si rien n’est fait, les tueries aveugles vont continuer (BUR_1) (BUR_1_1). Alors qu’une mission du Conseil de sécurité doit arriver prochainement à Bujumbura, un mémo confidentiel du chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU a fuité : il dresse un constat alarmant sur le plan socio-économique et énonce trois scenarii possibles dont celui de massacres ethniques, une alternative pour laquelle les Nations unies ne sont ni prêtes ni équipées pour agir (BUR_3). Du côté de la médiation de l’Ouganda qui est au point mort, le ministre de la Défense ougandais s’est expliqué sur les accusations de lenteur dans les négociations et a défendu les positions de son pays (BUR_2).

En RDC, où les Nations unies estiment que 9% de la population a besoin de protection et d’assistance humanitaire (RDC_1), c’est aussi la situation sécuritaire qui retient l’attention. Au Conseil de Sécurité, le nouveau chef de la MONUSCO a fait part de la dégradation de l’insécurité dans l’est du pays et de sa vive inquiétude concernant les risques de troubles en lien avec les élections présidentielle et législatives prévues en novembre 2016 (RDC_1_1).

Sur le terrain, au Nord Kivu, un calme précaire est revenu dans le territoire de Lubero après une attaque meurtrière du FDLR (RDC_2), tandis que les FARDC continuent à se déployer dans les zones occupées depuis plusieurs années dans le territoire de Walikale (RDC_4). Par contre, un hélicoptère a été touché par les combattants ougandais de l’ADF dont une attaque a été repoussée par les FARDC en territoire de Beni (RDC_6) (RDC_8). Toujours au Nord Kivu, un camp de 4.000 déplacés, où une arme avait été découverte, a été fermé dans le territoire de Masisi avec beaucoup de violences par l’armée (RDC_9). Dans ce même territoire, l’armée a tiré sur des creuseurs à la suite d’une altercation dans un comptoir minier (RDC_9_1).

Au Sud Kivu, des incidents violents ont eu lieu dans le plus grand camp de réfugiés burundais dans le territoire de Fizi (RDC_3). Dans celui de Kalehe, les FARDC ont réussi à repousser une attaque de combattants des Raïa Mutomboki (RDC_5). Enfin, une ONG congolaise a dénombré plus de 520 meurtres commis en 2015 dans la province (RDC_7).

On notera aussi que la RDC est plus que jamais confrontée à la situation explosive du Burundi. Le technicien de la radio burundaise indépendante RPA, accusé de vouloir déstabiliser le Burundi, reste détenu à Kinshasa où il sera présenté prochainement à la justice militaire (RDC_15). De leur côté, les autorités de l’armée ont présenté à la presse 43 rebelles burundais qui se sont infiltrés ces derniers mois au Sud Kivu et dont certains détenaient des cartes d’électeurs congolais. La société civile de Kalehe évoque quant à elle plusieurs centaines d’infiltrés burundais ces derniers temps et qui créent l’insécurité, ce qui est démenti par les autorités locales mais confirmé par une mission parlementaire venue de Kinshasa (RDC_16)

Toujours dans le domaine de la sécurité, on mentionnera que l’ONU a décidé de retirer de la Centrafrique le contingent congolais considéré comme « pas assez performant » : certains éléments de ce contingent ont aussi été accusés de violences sexuelles dans l’exercice de leur mission dans ce pays (RDC_17).

Dans le domaine politique, le chef de l’UDPS, en convalescence en Belgique depuis plus d’un an, a annoncé son retour prochain au pays : son parti est divisé sur la question du dialogue national, tandis qu’Etienne Tshisekedi lui-même est l’objet d’accusation d’escroquerie et de faux en écriture par 25 dissidents de son parti qui ont porté plainte contre lui (RDC_10). Par ailleurs, le « Front citoyen 2016 » a présenté sa charte qui entend défendre une stricte application de la constitution : le Front, qui a été rejoint par les dissidents de la majorité présidentielle du G7, a désigné deux dirigeants des mouvements Asadho et Filimbi comme coordinateur et porte-parole du Front (RDC_11). Toujours du côté de l’opposition, l’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, a évoqué des primaires pour la future élection présidentielle pour laquelle il sera candidat selon toute vraisemblance : il a déclaré être en train de faire le tour de toute l’opposition pour tenter d’avoir un candidat unique (RDC_14_1). Quant au G7, il a demandé à la CENI de ne pas se plier aux injonctions de la majorité présidentielle lorsqu’elle déclare que la publication du calendrier électoral sera subordonnée à la conclusion d’un accord politique dans le cadre du dialogue national (RDC_14_2).

Du côté de la majorité, le parti présidentiel projette une marche pour la paix dans le pays en mémoire de la marche des Chrétiens morts en 1992 (RDC_12), tandis que les évêques catholiques ont annulé la leur de crainte qu’elle ne soit récupérée politiquement : le « Front citoyen 2016 » a décidé quant à lui de célébrer cet évènement (RDC_14). On signalera enfin que le Premier ministre a révoqué plus de 150 fonctionnaires pour détournements et faux documents scolaires et académiques (RDC_13).

En Ouganda, où le président Museveni depuis plus de 30 ans au pouvoir se présente pour un nouveau mandat aux élections de février prochain, la campagne électorale bat son plein. L’actuel président doit fait face à deux candidats de poids : son opposant de longue date, Kizza Besigye, mais aussi son ancien Premier ministre qui accuse le gouvernement ougandais d’intimidations et de persécutions (OUG_1) (OUG_2).

Esta entrada fue publicada en Actualidad en francés, EURAC, Grandes Lagos, Info, Noticias. Guarda el enlace permanente.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.